Interview with Alexandre Deschaumes, France - Vision and life

#6

Alexandre Deschaumes - France

www.alexandredeschaumes.com


1. Alexandre, browsing through your portfolio means entering another world. Your passion for nature and especially for mountains is more than obvious. When did you realize that nature and wilderness have a special meaning in your life?

Thanks, Mirko!

I realized that quite late.

When I was younger I rather evolved in parallel worlds using books, films, music and especially imagination. But I didn`t get much in contact with nature in the real world. I was supposed to be taken a few times, but I didn`t realize it`s beauty and potential. It didn`t really awaken anything except probably in the subconscious.

When I started taking pictures it was more like places near my home, the forest, looking through fog in the trees during fall. Between 2001 and 2003 when I was 20 years old I had my first little successes.

It`s only from 2007/2008 that I started to go trekking higher up into the mountains and that I realized the possible atmospheres.

From 2012 or 2013 I spent a lot of time in the incredible mountain area of Sixt Fer à Cheval (Haute Savoie), just a one hour drive from my home, but I had never really noticed it before!


Merci , Mirko!

J'ai réalisé ça assez tardivement.

Quand j'étais plus jeune j'évoluai plutôt dans des mondes parallèles à l'aide des livres, des films, de la musique et surtout l'imaginaire. Mais j'allais peu dans la nature dans le réel. On devait m'emmener quelques fois mais je ne "réalisais" pas la beauté et le potentiel . ça n'a pas vraiment éveillé quelque chose à part probablement dans le subconscient.

Lorsque j'ai commencé à prendre des photos c'était plutôt des endroits proches de chez moi, la forêt, la recherche de la brume à travers les arbres l'automne. C'était les premières sensations plus réelles , entre 2001 et 2003 alors que j'ai 20 ans.

Ce n'est que à partir de 2007, 8 que je commence à partir en "Trek" plus haut dans la montagne et que je me rend compte des ambiances possibles réellement.

À partir de 2012 ou 13 je passe beaucoup de temps dans les montagnes incroyables de Sixt Fer à Cheval ( Haute Savoie ) un lieu à 1h de route de chez moi, mais je ne l'avais jamais vraiment remarqué avant!

Stitched Panorama

2. There are not a few who maintain that you are the one with the best mountain based photographic portfolio in the world. Do you prefer traveling mountaineous regions more than other ones?

In retrospect, I don`t think mountains are my main subject.

Even if it`s true that they are a good pretext for expressing certain things.

I love their mysterious and indomitable power. It`s better than the lowlands. But if I would be close to a raging ocean, I would also exploit this theme.

Generally speaking, I`m looking for a form of poetry, or let`s say, scenes that evoke emotions, stories...beyond the landscape itself. That`s good about the mountains because they can have charisma by themselves and can echo more easily.

But it can also be just a detail in the forest. My mountain pictures are more easily «impressive» and it`s normal that I`m seen as a mountain photographer, but it`s not necessarily my main theme. There`s something that attracts me a lot in the pure aesthetics of peaks, but I was able to find the same thing with architecture. The chiselled, elegant side of old cathedrals, the complex facades suffering the ravages of time. I just have a preference for the wild, it`s more mysterious, even mystical, for me. Also because I don`t have a great sympathy with humanity in general (even if I sometimes like individuals in particular very much).


Avec un peu de recul, je ne pense pas que la montagne soit mon sujet principal.

Même si c'est vrai que c'est un prétexte qui convient particulièrement bien pour exprimer certaines choses.

J'aime leur puissance mystérieuse et indomptable. ça me convient mieux que la campagne... Mais si j'étais plus proche d'un océan en furie, j'exploiterai aussi ce thème.

D'une façon générale je cherche une forme de poésie, ou disons, des scènes qui évoquent des émotions, des histoires... Au delà du paysage par lui même. C'est bien avec la montagne car elle peut avoir du charisme par elle même et peut faire un écho plus facilement.

Mais ça peut aussi être aussi juste un détail dans la forêt. Mes photos de montagnes sont plus facilement "impressionnantes" et c'est normal qu'on me voit surtout comme un photographe de montagne, mais ce n'est pas forcément mon thème principale.

Il y a quelque chose qui m'attire beaucoup dans l'esthétisme pure des pics, mais j'ai pu retrouver la même chose avec l'architecture. Le coté ciselé , élégant, les anciennes cathédrales, les façades complexes et rongées par le temps. J'ai juste une préférence pour ce qui est sauvage, c'est plus mystérieux, voir mystique, pour moi. Egalement car je n'ai pas de grande sympathie avec l'humanité en général ( même si il m'arrive d'apprécier énormément des individus en particulier).

3. The social network seems to be an important part of you work. There are a lot of discussions about social networking and it`s influence on photography and art. What do you think about it?

I`m lucky to have enough free time to take care of it and I like it at the base.

Quite simply, because I like to communicate freely, it gives me the possibility of being closer to people and remaining myself.

I can decide to make just a bit of advertising, to explain my adventures in my own way, there`s no intermediary an I think people appreciate it because it`s more human, honest and coherent. Finally, let`s say, I may have fewer people following me but I feel there`s something engaging in the interactions.

It`s true that I`d rather be able to get in touch with more people, but I don`t want to use tricks or being not me anymore. I don`t like the cold and professional side, I want to remain accessible.

It`s annoying that it`s like a drug, we always wish to have more reactions.

When a picture is good I can feel it deep inside of my heart, and I don`t need to check it with 10.000 likes on the image but, on the other hand, for the outside look, it`s important because people will «feel» that you are recognized etc. And it`s also how to get sponsors and all theses things. It`s good for the business. But everything is distorted from the moment you can «pay» to be seen. So those who don`t have much talent, but trickery and money, will always be able to surpass you, both professionaly and in marketing. It`s annoying, of course. But even outside social networks it`s the same thing. In the world of art galleries etc. it`s the same thing.

It took me a long time to slowly gather people, without advertising, on Facebook, and now you are much less visible if you don`t pay. So everybody switches over to Instagram and I don`t want to start over again on it,...I don`t like how it works...it`s too small, you can`t classify the images, you can`t do anything...except type stupid hashtags. And in the end it will be the same as anywhere else. Because it`s business as usual. So I`m a little tired and exhausted by this race. It`s lost in advance because I don`t play this game like others.

I just have to find the simple way to publish my things, remaining free to communicate as I want. Currently it`s just my personal profile, open to the public, on Facebook, on which you can subscribe. Some time ago I had deactivated my «pro» page because it was no longer useful and I had to put everything in the same place. I have no interest in separating the private from the professional. It`s all the same, I`m just passionate and creative.


J'ai la chance d'avoir assez de temps libre à moi pour m'en occuper et j'aime bien ça, à la base.

Tout simplement car j'aime pouvoir communiquer librement, ça me donne la possibilité d'être plus proche des gens et de rester moi même. Je peux décider de mettre peu de publicité, d'expliquer mes aventures à ma façon , il n'y a pas d'intermédiaire et je pense que les gens apprécient car c'est plus humain , plus honnête et plus cohérent. Enfin , disons , j'ai peut être moins de monde qui me 'follow' mais je sens dans les interactions qu'il y a quelque chose d'attachant.

C'est vrai que je préférerai pouvoir toucher davantage de monde, mais je n'ai pas envie d'utiliser des ruses et de ne plus être moi même pour ça. Je n'aime pas le coté froid et professionnel , j'ai envie de rester accessible.

Ce qui est embêtant c'est que c'est comme une drogue, on aimerai toujours avoir plus de réactions.

Au fond de moi je sais quand une photo est bonne et je n'ai pas "besoin" de le vérifier avec 10.000 like sur l'image mais par contre, pour le regard extérieur , des autres, c'est important car ils vont "avoir l'impression" que tu es reconnu, etc. Et c'est aussi comme ça que tu peux avoir les sponsors et tous ces machins là. C'est bien pour le business . Mais tout est faussé à partir du moment où on peut "payer" pour être vu . Donc ceux qui n'ont pas trop de talent, mais la ruse et l'argent, pourront toujours te dépasser, sur le plan professionnel et marketing. C'est agaçant évidemment . Mais même en dehors des réseaux sociaux c'est la même chose . Dans le monde des galeries d'art etc. C'est pareil.

J'ai mis du temps à réunir lentement des gens, sans faire de publicité, sur Facebook et maintenant il y a beaucoup moins de visibilité si tu ne paie pas. Donc tout le monde bascule sur Instagram et je n'ai pas envie de tout recommencer là dessus,... je n'aime pas le fonctionnement... C'est trop petit, on ne peut pas classer les images, on ne peut rien faire... à part mettre des lignes de #hashtag débiles. Et au final ça sera pareil qu'ailleurs de toute façon. Car c'est du business comme d'habitude.

Donc je suis un peu fatigué et lassé de cette course. Elle est perdue d'avance car je ne joue pas le jeux, comme dans la société en général.

Je dois juste trouver le moyen simple de publier mes choses, en restant libre de communiquer comme je veux. Pour l'instant c'est sur mon profil personnel , ouvert au public, sur Facebook , sur lequel on peut s'abonner. J'avais désactivé ma 'page pro' il y a quelque temps déjà car ça ne servait plus à rien et autant tout mettre au même endroit. Je n'ai aucun intérêt à dissocier le privé du professionnel. C'est un tout qui est le même, je suis juste passionné et créatif.

Stitched Panorama

4. How did you find your way into the photographic world? Did you have to suffer setbacks until people began to realize your work? How did you get over these obstacles?

In fact, it was very long and slow in particular.

I wasn`t in a hurry, I didn`t want to be known or make a quick living with it.

Even if that`s true, in parallel I had to work, too. And it was getting worse and worse, then of course I hoped I could find a way living from my passions.

I started publishing things very early, I think in 2003, on sites like Photosig, Deviant Art oder encore photo.net. There was no Facebook etc. Everything was very different and above all there haven`t been all these workshops, these impressive images from everywhere. At this time I was making very gaudy images with a lot of coarse processing that was very «magical». But I wasn`t aware of the lack of finesse of course. On the other hand, I noticed that people were sensitive to my work and some images could have had a lot of views and gradually gaining some audience.

The icelandic images in 2009 got widespread and then the film in 2012 (La quête de l'inspiration) also added a bigger aura. Now it`s pretty stagnant. It doesn`t really increase any more but I still got some nice reactions and people are still interested in what I`m doing.


En fait, c'était surtout très long et lent.

Je n'étais pas pressé , je n'avais pas de but d'être connu ou de gagner ma vie rapidement avec ça.

Même si, c'est vrai, en parallèle je devais travailler aussi et ça se passait de plus en plus mal alors bien sur j'espérai pouvoir trouver un moyen de vivre avec mes passions.

J'ai commencé à publier des choses très tôt en 2003 je crois sur des sites comme Photosig, Deviant Art ou encore photo.net... Il n'y avait pas de Facebook encore et tout ça. Tout était très différent et surtout il n'y avait pas encore tous ces workshop, ces images impressionnantes de partout... à l'époque je faisais des images très kitch avec beaucoup de traitement grossiers qui faisait très "féérique" mais je me rendais pas compte du manque de finesse évidemment. Par contre je remarquai que les gens étaient sensible à mon travail et certaines images ont pu avoir beaucoup de vues et petit à petit gagner un publique.

Les images d'Islande en 2009 ont beaucoup été partagées et puis le film en 2012 (La quête d'inspiration) à aussi ajouté une plus grande aura. maintenant ça reste assez stagnant . ça n'augmente plus vraiment mais j'ai toujours des belles réactions et des gens intéressés de ce que je fais.

5. You`re not just an amazing landscape photographer but also have an intuition for portraits. There are not many pros who are able to be successful in different categories. Which kind of photography is more important for you and how do you manage to practice both?

I like portraits just as much, especially if they evoke something intimist, ghostly...I`m as well attached to the rendering of texture, as with nature...it`s different, but basically, it`s related to the same poetry.

It`s a different challenge for me though, because there`s the relationship with the person, which is more difficult for me. I have difficulties to convey what I dream of, what I perceive, it feels complex to approach the good feeling. I have more trouble to concentrate.

I also feel the same problem as with nature. The sense of redundancy and the mystery of getting to «go further».

Going further doesn`t mean to get a sharper or technically cleaner picture, it means feeling something unspeakable beyond. It must be like a rift opening up to a new dimension. I can`t do it, or very little, very rarely, only in small pieces. It`s frustrating but very normal, too.


J'aime tout autant les portraits oui , surtout si ils évoquent quelque chose d'intimiste , de fantomatique... je m'attache aussi au rendu de la texture, comme avec la nature... C'est différent mais au fond c'est lié à la même poésie.

C'est un challenge différent pour moi par contre car il y a le rapport avec la personne, qui est plus difficile pour moi. j'ai du mal à bien communiquer ce dont je rêve, ce que je perçois, je peux ressentir des difficultés pour m'approcher de la bonne sensation. J'ai plus de mal à me 'concentrer'.

Je ressens également le même problème qu'avec la nature. La sensation de redondance et le mystère pour arriver à "aller plus loin" Aller plus loin ne veut pas dire une photo plus nette ou plus clean techniquement, ça veut dire de sentir quelque chose d'indicible au delà . ça doit etre comme une brèche qui s'ouvre , vers une dimension nouvelle. Je n'y arrive pas, ou alors que très peu , très rarement, par petits morceaux. C'est frustrant mais très normal aussi.

6. Music also seems to be an important part of your life. Is there any connection between playing your guitar and striving around with your camera?

I miss music, yes.

Of course it`s linked basically. There are the same emotions through another medium.

But music requires more technique, or at least I have a rendering problem when it comes to recording and putting ideas into practice. I lack skills, it`s very difficult to do all by myself (recording, playing different instruments).

Finding the right people is also pretty abstract and problematic.

I spent a lot of energy trying things which showed the same kind of potential as photography. But the difficulty of everything took over and I got tired and discouraged.

At that moment photography took the upper hand.

It`s not inconceivable that I´ll go back to music again. I always play, I also started playing drums for the very instinctive side that I love.

It may depend on whether you meet or click.

There`s also a connection with my mind because for me the sounds are connected to hues (colors).


La musique me manque, oui.

C'est lié, bien sur, au fond, ce sont les mêmes émotions à travers un autre média.

Mais la musique demande davantage de technique, ou du moins, j'ai un problème de rendu , quand il s'agit d'enregistrer et de concrétiser les idées. Il me manque des compétences, c'est très difficile de faire tout tout seul (enregistrer, faire les différents instruments).

Trouver les bonnes personne est également très abstrait et problématique.

J'ai passé beaucoup d'énergie à essayer des choses, qui ont montrées le même type de potentiel que avec la photographie . Mais la difficulté de tout ça à pris le dessus et je me suis lassé et découragé.

La photographie à pris le relai à ce moment là.

Ce n'est pas impossible que je retourne vers la musique. Je joue toujours, je me suis aussi mis à la batterie pour le coté très instinctif que j'adore.

Cela dépendra peut être des rencontres ou des déclics. Le lien est aussi dans l'esprit. Car pour moi les sonorités sont liées à des teintes (couleurs).

7. Please tell us something about the experience of being outside, in the wilderness. What does it mean for you coming to these remote places, far from any other human being?

The adventure...

Yes, it`s ambivalent.

I often feel the need for it, the call. Because there`s my creativity, there`ll be plenty of possibilities, the landscapes will be inspiring. Like the emotions, because I love being in those wide open spaces.

But I`m just as worried about it. Most of the time before a departure I don`t want to leave anymore. Basically I`m very homely, I have to force myself because every time I have this lucidity that reminds me of everything that includes leaving. Danger, fear. I`m a very anxious person. And even if I`m often there I don`t like it and I want to go home.

So it`s a diremption.

Vice versa, if I stay at home too long I dry up. And I can get depressed. Either way, it`s difficult. Even if there`s a form of pleasure in both ways.


L'aventure...

Oui , c'est ambivalent.

J'en ressens souvent le besoin, l'appel. Car c'est là bas que je vais créer, il y aura plein de possibilités, les paysages vont être inspirants. Comme les sensations, car j'adore être dans ces grands espaces.

Mais j'éprouve tout autant de soucis à ce sujet. La plupart du temps avant le départ je n'ai plus envie de partir. Au fond je suis très casanier, je dois me forcer, car j'ai cette lucidité à chaque fois qui me fait penser à tout ce qui inclut le fait de partir. Les dangers, la peur, je suis quelqu'un de très anxieux. Et même souvent lorsque j'y suis, je le vis mal et j'ai envie de rentrer chez moi. Donc c'est un tiraillement inversement, si je reste trop chez moi, je moisis.

Et je peux me laisser aller dans la déprime.

Dans les deux cas, c'est difficile. Même si il y a aussi une forme de plaisir dans les deux cas.

8. Where do you find inspiration? Which artists have been the greatest source of inspiration for you?

I often ask myself this question because I`m afraid of not being able to dream any more. And I`m often stucked in this problem.

Inspiration often comes with new situations, love, fear, it can open up magical gaps...

It also comes to me when I see incredible new landscapes with a special atmosphere. But with the habit that it sometimes doesn`t work completely, and that can be scary.

As for the images, I`m quite fascinated by some old painters. Texture, the connection with the more abstract dimension (Ivan Aivazovsky, William Turner, Caspar David Friedrich).

In photography, for example Vincent Munier, Guy Tal, Hans Strand, for a more natural yet poetic look. But I could mention many others...


Je me pose souvent la question car la peur et le problème, c'est de ne plus arriver à rêver. Et je suis souvent dans ce problème.

L'inspiration vient souvent avec les nouvelles situations vécues, l'amour, la peur, ça peut ouvrir les brèches magiques et dangereuses...

Elle vient aussi pour moi quand je vois des nouveaux paysages incroyables avec une ambiance particulière. Mais avec l'habitude des fois ça ne marche plus totalement et ça peut faire peur.

Concernant les images, je suis assez fasciné par certain vieux peintre... La texture, le lien avec la dimension plus abstraite (Ivan Aivazovsky, William Turner, Caspar David Friedrich).

En photographie, par exemple Vincent Munier, Guy Tal, Hans Strand, pour un regard plus naturel tout en restant poétique. Mais je pourrais en citer beaucoup d'autres...

9. Iceland, Patagonia and the French Alps seem to be your most favorite places on earth. What`s the most special thing about these regions? Is there any other place you dream of?

Iceland and Patagonia have become so «fashionable» that I`m almost annoyed to be associated with them.

But yet the sensations were absolutely fantastic when I was able to discover and inspire myself there (2009 and 2011).

An extraordinary aestheticism, very inspiring, creative...while being accessible. The perfect balance. It`s for those reasons that there`ve been so many photographers afterwards...

I have some new ideas, quite specific...of which I reserve the secret for the moment.


L'Islande et la Patagonie sont devenus tellement "à la mode" que ça m'embête presque d'y être associé.

Mais pourtant les sensations lorsque j'ai pu découvrir et m'inspirer là bas on été absolument fantastiques (2009 et 2011).

Un esthétisme extraordinaire, très inspirant, créatif... Tout en étant accessible, le parfait équilibre. C'est d'ailleurs pour ces raisons qu'il y a eu tant de photographes ensuite...

J'ai quelques nouvelles idées, assez précises...dont je me réserve le secret pour le moment.

10. Final Question: This project is called "Vision and life". What do the terms "vision" and "life" mean for you, Alexandre?

«Vision» is the most important thing for me, in terms of creativity. It´s the frame where you put things inside. The bias and the process behind all these choices. A personal vision is already artistic in itself.

«Life» represents something a little abstract that I still don`t quite understand.


La "vision" représente pour moi le plus important , en terme de créativité. À savoir , le cadre, ce que l'on choisi de mettre dedans. Le parti pris, et la démarche derrière tous ces choix. Une vision personnelle est déjà artistique en soi.

"Life" représente quelque chose d'un peu abstrait que je n'ai toujours pas tellement compris.


December 2017


Note: The original interview was made in French. You can also see the original answers to ensure that the statements of the artist keep maintained.

Powered by SmugMug Log In